Ensemble des publications pour ‘sélections’ :

K-barré 2008 : « Retour aux sources » / exposition collective

Délimiter la créativité artistique de Rennes 2 avec des slogans vengeurs tels "Vive le dictariat de la prolétature" ou "Vive la commune" serait une erreur, d'autant qu'un certain nombre d'anciens étudiants plasticiens ont réussi à faire reconnaître leur talent au delà des murs du campus.

Qu'il s'agisse du regard sur l'eau de MardiNoir ou d'Aurélie Noury, des sept membres du B.I.P ou des Frères Ripoulain, celui-ci interroge la vision qu'a le spectateur de son Université et lui demande s'il n'y a rien à signaler.

 

 

 

MardiNoir : "Take a look at the windows" (Bâtiment B / interieur et extérieur / cage d’esclier est)

L’intervention sur les vitres de la cage d’escalier permet de créer une double visibilité permettant à la fois une approche globale (de l’extérieur du bâtiment) et un contact plus direct avec l’œuvre à partir de la cage d’escalier et de l’usage que l’on en fait.

Selon l’ordre de passage (montée ou descente des escaliers), l’effet de perspective est déformé. Le spectateur, l’usager, est alors plongé dans un schéma de réseau de tuyaux d’arrivées d’eau et de robinets géants afin de souligner au maximum la thématique du festival.

Aurély Noury et David Renault : "La Mare de Sel" (Bâtiment Ereve /  extérieur / marches devant la brasserie)

La Mare de Sel est un hommage à l’œuvre de Marcel Duchamp Eau et Gaz à tous les étages, readymade de 1959 imitant les plaques émaillées affichées à partir de la fin du XIXe siècle sur les façades d’immeubles et attestant du confort disponible.

À la descente de tous les étages d’une construction de verre, La Mare de Sel est une flaque dessinée à la craie. L’eau et le gaz ont coulé, se répandant sur le bitum. En matériaux invisibles et évanescents, le public se doit de leur donner encore quelques jours.

B.I.P  : "7 bulletins du Bureau d’Investigation Photographique" (Ensemble du campus / intérieur)

Le bulletin est une forme éditoriale courte, utilisée pour la communication interne de l’entreprise. Imprimé à moindre coût, sur le lieu de travail, il mélange le billet d’humeur à l’information de proximité. Pour les photographes itinérants que sont les membres du Bureau d’Investigation Photographique, le bulletin est un outil d’immersion.

Aujourd’hui, c’est l’université devenue diffuseur partenaire, qui est contaminée dans ses flux d’informations. Le prisme de la source -aquatique ou cognitive- donne ici lieu à sept chroniques inspectant divers aspects de la vie quotidienne.

Les Frères Ripoulain – "Contre’" (Bâtiment Ereve / interieur et extérieur / baie vitrée ouest)

Pour K-barré, les Frères Ripoulain proposent Contre‘, à la fois une contestation ouverte et sans ordre et un détournement de la marque Contrex. Le « X » disparu, seul l’apostrophe demeure comme la trace d’une amputation et comme un appel à poursuivre la phrase pour le lecteur.

Dans un contexte universitaire précaire, l’intervention des Ripoulain sonne comme une mise en garde et une anticipation en regard des récentes déclarations du gouvernement concrnant l’intrusion du mécénat d’entreprise dans sa logique de fonctionnement. En attendant un Master estampillé Contrex, ces artistes se positionnent contre un État partenaire minceur de l’Université.

 

K-barré 2008 : « le Bourdon » / exposition collective

"Stimuli" de Marc Blanchard et Marie Chatellier d'une part, "[Eau]Corps Accords" de Sébastien Rousseau d'autre part : deux installations numériques jouant sur la transparence se retrouvent face à face dans un même lieu le temps du festival de la création étudiante de Rennes 2.

Ce lieu, c'est le Bourdon : le studio de tournage de l'Université qui aura vu pour la première fois ses systèmes d'éclairages et ses murs bleus (habituellement destinés à l'incrustation vidéo) détournés en lieu d'exposition.

Si j'ai effectué l'accompagnement artistique de "Stimuli", l'association AKA a aidé Sébastien Rousseau à mener son projet à bien.